Autriche, novembre à décembre 1809

. Le 29 novembre 1809 : Strasbourg :

Arrivée de l’équipage des Marins de la Garde.

. Le 22 décembre 1809 : Passau.

Il est ordonné à BASTE et ses deux bataillons de marine de quitter Passau pour se rendre à Strasbourg.

. Correspondance de BASTE au Ministre de la Guerre.

« Monseigneur,

J’ai l’honneur de rendre à Votre Excellence que d’après les ordres de S.A. le prince d’Eckmühl et du général comte Bourcier, gouverneur de Passau, dont vous trouverez ci-joint copies, j’ai fait partir aujourd’hui pour Strasbourg le 44e bataillon de flottille fort de 1,133 hommes et le bataillon des ouvriers militaires de la marine, fort de 772. Je resterai ici avec 8 officiers de marine, 50 sous-officiers ou marins, 10 ouvriers et 1 caporal, pour achever le désarmement de la flottille de guerre et de transport du Danube.

Pour remettre tous les agrès dans deux petits magasins que j’ai fait affecter à la marine, pour rendre le reste de l’artillerie et des munitions de guerre à l’arsenal, pour finir d’échouer les 11 chaloupe canonnières, pour les placer dans un fossé de la place, sur la rive droite du Danube et enfin pour dresser les inventaires de tout. … Je pense que tous ces travaux seront terminés ici le 28 et que nous pourrons partir et nous mettre en route le 29, pour rejoindre le 44e bataillon et celui des ouvriers.

Baste. »

Les marins du bataillon de flottille et les compagnies d’ouvriers militaires de la marine, quitte Vienne pour se rendre à Strasbourg.

. Le 9 décembre 1809 : Paris. Correspondance de l’Empereur au ministre de la marine.

« M. le vice-amiral Decrès, indépendamment du corps d’ouvriers et marins que commande le colonel Baste, j’ai besoin d’un équipage pareil à réunir le plus promptement possible à Bordeaux. Je destine ce nouveau corps à servir à la suite de mon armée de réserve d’Espagne. Veillez à la formation de ces bataillons, qui m’ont rendu tant de services en Allemagne, et qui doivent m’en rendre encore plus en Espagne, vu la grande quantité de côtes de ce royaume.

NAPOLEON. »

. le 29 décembre 1809 :

BASTE quitte à sont tour Vienne avec les derniers détachements de marins et d’ouvriers.

. Le 18 janvier 1810 : Strasbourg.

Arrivée des deux bataillons dans cette ville. Ils sont bientôt dirigés sur Bayonne, puis vers l’Espagne à San Sébastian.

Quelques personnalités :

. BASTE Pierre : Né à Bordeaux le 21 novembre 1768, mort à Brienne le20 janvier 1814.

Il commence sa carrière dans la marine de commerce. Mousse et novice de 1781 à 1788 ; pilotin de 1788 à 1789, 2ème lieutenant de 1789 à 1791 ; lieutenant de 1791 à 1792 ; second capitaine de 1792 à 1793. Il entre alors au service de l’Etat et commande (Enseigne de vaisseau auxiliaire) un brick (la Résolue) de 1793 à 1794. Fait prisonnier des anglais en 1795. Il devient lieutenant de vaisseau le 27 Floréal an VIII (17 mai 1800). Capitaine de vaisseau en 1808. Créé comte de l’Empire à la suite de la campagne de 1809 en récompense de ses services. Contre-amiral le 19 juillet 1811, fut nommé au commandement de la flottille impériale au port de Boulogne, le 25 juillet 1811. Il fit toutes les guerres continentales : Au siège de Mantoue et de Malte, En Egypte, en Italie, en Prusse, en Autriche, en Espagne, en Russie.

En 1814, il commande une brigade de voltigeurs de la Jeune Garde, c’est à la tête de cette troupe qu’il fut tué le 20 janvier au combat de Brienne.

. Voir détails p. 168,169 du Dictionnaire Napoléon Ed Fayard 1987.

. DECRES (ou DE CRES) Denis, né le 18 juin 1761 à Chaumont. Mort à Paris le 7 décembre 1820.

Garde de la marine en 1779, promu enseigne pour sa conduite à la bataille des Saintes. Fait la campagne des Antilles et participe à celle des Indes en 1791. Capitaine de vaisseau en 1793. Destitué comme noble, puis réintégré, il fait l’expédition d’Irlande en 1796, puis est nommé contre-amiral en 1798. Il commande les frégates de l’escadre de Brueys au cours de l’expédition d’Egypte et assiste à la bataille d’Aboukir, d’où l parvient à rejoindre Malte avec Villeneuve. Il tente de rallier Toulon sur le Guillaume Tell et résiste 9 heures contre une frégate et deux vaisseaux anglais. Préfet maritime de Lorient puis de Rochefort, le 1er Consul le choisi pour occuper le poste de ministre de la marine, le 3 octobre 1801, à la place de l’ingénieur Pierre Alexandre Forfait. Vice-amiral en mai 1804, duc en avril 1813, il reste ministre jusqu’en 1814.

Sources :

. Œuvres de Napoléon Bonaparte. Paris. CLF PANCKOUCKE EDITEUR, rue des Poitevins, n° 14 1821. Tome ?

. MARBOT Tome II.

. Alain PIGEARD : Les Pontonniers de la Grande Armée. Tradition Magazine N°

. Bulletins de la Grande Armée.

. Les carnets de la Sabretache 1895.

Catégories
Posts à l'affiche