Artillerie de Marine


Généralité :

Les Compagnies franches de la marine, créées en 1675 et destinées au service de l’infanterie à bord des vaisseaux, et le corps des bombardiers de la marine, créé en 1689, furent supprimés en 1761, et refondus en un « Corps royal de l’artillerie et des régiments d’infanterie de la marine ».

En 1772, une ordonnance royale créa le Corps royal de la marine pour la garde, la sûreté, la police des ports et arsenaux, le service à bord des vaisseaux et autres bâtiments armés. Ce corps était composé de 8 régiments affectés aux ports de Brest, Rochefort, Toulon, Marseille, Bayonne, Saint-Malo, Bordeaux et Le Havre. Chaque régiment était composé de 2 bataillons, chaque bataillon de 9 compagnies, dont 1 de bombardiers, 1 de canonniers et 7 de fusiliers.

. Organisation :

En 1807, 240 canonniers de marine sont incorporés dans la Garde Impériale.

. en 1803 : Par son décret du 2 janvier 1813, l’Empereur ordonne que 200 sous officiers canonniers soit admis, au nombre de 15 par bataillon, à l’honneur de servir dans l’artillerie à pied de la Garde Impériale. Les hommes sont pris, tant dans ceux présents à terre, qu’embarqués. Ce nombre passe à 234, soit 18 hommes par bataillon. Ils doivent avoir la taille de 5 pieds, 5 pouces et 6 ans de service. La taille fut réduite en raison du grand nombre de canonniers de petite taille.

​Faits d'armes, campagnes et personnalités:

Premier régiment :​​​​

Campagne de France 1814 :

. Bataille de Brienne le 29 janvier 1814.

. Participe à la Bataille de la Rothière en 1814.

Deuxième Régiment :

En garnison à TOULON​

Campagne de France 1814 :​​​​​​​​​​​

  • Bataille de Champaubert le 10 février 1814.

  • Bataille de Vauchamps le 14 février 1814.

  • Bataille de Craonne le 7 mars 1814.

Troisième Régiment :

Quatrième Régiment :

​Personnalités sans précision d’affectation :​​​​​​​

Les Compagnies d’Ouvriers d’Artillerie de marine :

Généralité :

La fabrication des canons et des projectiles, la construction des affûts et des objets d’armements ou de gréement nécessaire à l’artillerie, et le service de ce matériel en général tant sur les vaisseaux, conjointement avec les matelots, que dans les arsenaux, appartiennent en effet au Corps de l’Artillerie de Marine.

Cette arme spéciale fournit aussi la garnison des forts et des batteries de côte et assure éventuellement la garde des établissements maritimes. Issu des Bombardiers de l’Anciens Régime supprimés à la Révolution, le Corps est rétabli le 25 octobre 1795.

. Organisation :

Avec un Inspecteur Général à leur tête, les troupes d’artillerie de marine comprennent 7 Demi-Brigades destinées aux escadres ou à la défense des rades et 3 compagnies d’Ouvriers d’artillerie mises à la disposition du Directeur de l’artillerie des ports pour les travaux du parc. Les unités recrutent les hommes de 18 à 30 ans, par engagement volontaire de 8 ans, renouvelable.

. Composition d’une compagnie d’Ouvriers d’artillerie de marine :

​* Le Sergent Major tient la comptabilité, il est responsable de la discipline.

* Le Caporal Fourrier tient les registres et pourvoit au logement de la compagnie.​​​

La plupart des Ouvriers d’artillerie sont des ouvriers « en fer » (Forgeron, chaudronniers, cloutiers, etc). Les ouvriers « en bois » (Menuisiers, charpentiers, poulieurs, scieurs etc.) construisent les affûts, il existe aussi des artificiers qui sont chargés de préparer les munitions.

Sous le Consulat, Les 3 compagnies portées au complet sont affectées respectivement à Toulon, Brest et à Rochefort d’où un détachement à été envoyé à Lorient.

Bonaparte modifie l’organisation en répartissant le Corps entre les quatre régiments d’artillerie de marine et un nombre égal de compagnies de 150 hommes, officiers non compris.

. Composition d’une compagnie d’Ouvriers d’artillerie de marine :

​​* Les 2 enfants de troupe sont choisis parmi les fils des soldats du Corps tués au combat. Ils sont admis dans chaque compagnie.

​​Les officiers et un sous officier sont désignés par le ministre, forment le Conseil d’Administration intérieur et économique et dirige l’emploi des fonds de la masse générale, divisée en masses particulières attribuées au chauffage ? Il n’y a pas de masse pour la nourriture, mais les hommes reçoivent une ration de pain et les journées d’hôpital sont retenues sur la solde.

​Sous le Consulat et l’Empire, les effectifs des compagnies d’Ouvriers d’artillerie de marine passent de 309 à 834 hommes en octobre 1813. Le petit détachement de Lorient constitue le fond de la 4ème compagnie.

Un décret du 15 messidor an XII ordonne la formation d’une 5ème compagnie au port de La Spezzia (Venise) avec appel aux enrôlements par voies d’affiches.​ Il sera créée une 6ème compagnie pour Anvers avec un détachement à Boulogne (AN CC3 894).

Pendant les cent jours, l’Artillerie de marine s’appellera « Corps impérial de l’Artillerie de Marine ». Les compagnies d’Ouvriers de l’Artillerie ne se composeront que de 132 hommes, chacune pour les 5 grands ports militaires. L’organisation éprouvée des compagnies d’Ouvriers d’Artillerie a inspiré la transformation de celles de leurs camarades des arsenaux.​

Apprentis Canonniers :

​​. Généralités :

Les Apprentis canonniers participent aux activités du parc d’artillerie et de la Direction des mouvements pendant leur année d’instruction à la pratique du canonnage, avant de s’embarquer sur les escadres.​

  • ​Les Artilleurs de Marine embarqués.​​​​​

  • Les Artilleurs de Marine à terre.

  • Les forts et batteries de côtes.

  • Les Colonies.

  • Campagne de France 1814.

  • Waterloo 1815

  • Les canons (calibres etc.)

Les Canonniers Gardes Côtes:

.Généralités :

1811 :

Adjudants de côtes

14 compagnies dans la direction (HERBUNOT, DAUSSURE)

2 compagnies à la Direction de Lille : LAMBRY

4 compagnies à la Direction de St Omer : AUGROS (CLH)

9 compagnies à la Direction du Hâvre : Adam GRANDVAL

12 compagnies à la Direction de Cherbourg : MILON de MESNOS

18 compagnies à la Direction de Brest : ROBINET (CLH)

13 compagnies à la Direction de Nantes : HEURTAUX (CLH)

14 compagnies à la Direction de La Rochelle : PREVOST (CLH)

. Faits d’armes et Campagnes :

La 69ème Compagnie se trouve à Boyard (Ile d’Oléron) en An XIII (1805).

. Personnalités :​

Le Train d’Artillerie :

. Généralités :

Un détachement de la 1ère Compagnie du 7ème Bataillon principal de train d’Artillerie se trouverait à Rochefort sous l’Empire. ( ?)

Le 8 août 1814 : Un détachement du 11ème Bataillon principal de Train d’Artillerie se trouvait à Rochefort.

​.

Mots-clés :

Catégories
Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous sur :
  • Facebook du Garde Chauvin
  • instagram du Garde Chauvin
  • Pinterest du Garde Chauvin
RSS Feed
  • Compte Principal du Garde Chauvin
  • Le Garde Chauvin sur pinterest
  • Instagram Garde_Chauvin
  • Facebook Le Garde Chauvin
  • Instagram Le Garde Chauvin
  • Pintarest Le Garde Chauvin

Le Garde Chauvin © 1985-2019

Rochefort, France

ancgardechauvin@gmail.com