Avril 1809 en Autriche

. Le 1er avril 1809 :

Plusieurs compagnies d’ouvriers quittent Anvers « la fleur au fusil » et rejoignent également Strasbourg où ils prennent possession de plusieurs caissons d’outils supplémentaires. Les ouvriers et marins quittent Strasbourg et marchent en direction d’Ulm, passent à Passau, Mayerbach, Efferdin et Litz d’où ils gagnent Vienne. Ils vont rejoindre les détachements du 2ème Bataillon de Pontonniers qui arrivent de Pavis et de Vérone en Italie. Le Chef de Bataillon CHAPUIS, qui commande le bataillon, profite de l’affaiblissement de ses unités pour demander le renfort de deux autres compagnies. Cette requête ne sera pas suivie d’effet.

. Le 8 avril 1809 : Paris. Correspondance de l’Empereur au Major Général.

« Mon Cousin, je reçois votre lettre du 6 avril, dans laquelle vous me rendez compte que 90 bateaux ont été frétés. Faites-moi connaître combien chacun de ces bateaux peut porter. Aussitôt qu’il y aura un officier de marine d’arrivé, il faudra l’envoyer parcourir le cours du Danube, d’Ulm à Passau, pour bien connaître cette navigation. Mon intention, est d’acheter beaucoup de bateaux de Ratisbonne à Passau. Ceux-là, je les achèterai à mon compte et je les ferai monter par les marins français. Il est important d’être maître de manœuvre sur les deux rives, afin de pouvoir faire, par réunion de ces bateaux, un ou deux ponts dans un moment. »

. Le 9 avril 1809 :

L’Autriche, mécontente et toujours hostile, voulant profiter des graves embarras que la guerre d’Espagne cause à la France, décide de lui déclarer la guerre et envahit aussitôt la Bavière.

. Le 9 avril 1809 : Déclaration de guerre de l’Autriche à la France :

. Le 11 avril 1809 : Combat de Sterzing (près d’Innsbrück)

Prise, par les autrichiens, d’une aigle et d’un drapeau du 3ème bataillon du 2ème de ligne.

. Le 12 avril 1809 :

De son bureau des Tuileries, l’Empereur donne ses ordres de marche à l’armée du Rhin qui était redevenue La Grande Armée. Il alerte aussitôt ses alliés de la Confédération du Rhin et renforce son dispositif défensif en Italie sous les ordres du Vice-roi Eugène de BEAUHARNAIS. Il réorganise son armée du Rhin et informe de Tsar ALEXANDRE des risques d’un imminent conflit avec l’Autriche. Il évalue le début des hostilités vers le 15 avril.

Entre temps, les trois archiducs Autrichiens, commandant chacun une armée, lancent trois offensives dont les objectifs sont:

  • La Bavière, sous les ordres de l’archiduc CHARLES.

  • L’Italie, sous les ordres de l’archiduc JEAN.

  • La Pologne, sous les ordres de l’archiduc FERDINAND.

En préparation de la campagne qui s’annonce, l’Empereur, prévoyant, avait six mois plus tôt, ordonné au ministre de la Marine et des Colonies Denis, duc DECRES, de prélever dans les ports et arsenaux, les meilleurs éléments des compagnies d’Ouvriers Militaires de la Marine et de marins, pour former un bataillon dit de guerre, destiné à rejoindre et renforcer le Génie de l’armée en vue de la prochaine campagne d’Autriche.

. Le 12 avril 1809 : Paris.

  • 19h00 : l’Empereur reçoit une dépêche de BERTHIER : « Ils ont passé l’Inn, c’est la guerre ! ». Il donne aussitôt des instructions à CLARKE, ministre de la guerre.

  • 21h00 : Il dîne en compagnie de Joséphine, fait venir FOUCHE et dicte encore quelques instructions.

  • 00H00 : Il se couche et se relève deux heures plus tard pour faire préparer les services de sa maison militaire.

  • 4h20 : Il quitte Paris, par le faubourg Saint Honoré escorté d’un détachement de Dragons de la Garde.

. Le 14 avril : Bar-le-Duc :

Tôt le matin, l’empereur s’arrête un instant dans une grande propriété de Bar-Le-Duc, pour embrasser les deux petites filles d’OUDINOT qu’il affectionne, puis repart.

. Le 15 avril 1809 : Strasbourg :

L’Empereur arrive dans la matinée au Palais Impérial de Rohan et se met aussitôt au travail en dépouillant les dépêches et renseignements que lui remet le général BEAUMONT, gouverneur de la ville. Puis, il se remet en route, traverse le pont de Kehl et s’arrête un peu plus tard au château d’Ettlingen pour saluer Stéphanie de BEAUHARNAIS, grande duchesse de Bade. Il dicte encore quelques dépêches à BERTHIER, et repart en renonçant aux fêtes préparées en son honneur par Frédéric, le roi du Wurtemberg.

. Le 16 avril 1809 : Landshut.

Dans l’après midi, l’Empereur reçoit un courrier de BERTHIER, daté du matin même d’Augsbourg : « Sire, l’ennemi se montre en force sur les points de l’Isar qu’il a passé … ». Le cortège repart sous une pluie diluvienne et un fort vent. Ces intempéries dureront toute la nuit.

Un détachement autrichien d’un millier d’hommes sous les ordres du général Radetzky se heurte aux troupes bavaroises du général DEROY. Ces derniers sont battus, laissant 13 tués, 100 blessés, 52 disparus et 3 hommes prisonniers, alors que les autrichiens ont 17 tués, 78 blessés et 1 disparu.​

. Le 17 avril 1809 : Donauwerth :

  • 6h00 : L’Empereur arrive à l’improviste à son Quartier général. Personne ne l’attend si tôt, d’ailleurs BERTHIER n’est pas là, mais sur son bureau l’Empereur trouve des informations lui indiquant la situation des troupes au 15 avril dernier, ainsi que des rapports divers sur les dernières 24 heures. Tôt dans la matinée, après avoir envoyé quelques dépêches, il expédie son espion SCHULMEISTER à la recherche de renseignements sur les autrichiens dans la région de Landshut.

  • 10h00 : Une estafette de DAVOUT apporte des informations.

  • 19h00 : Des instructions sont envoyées à MASSENA.

. Le 18 avril 1809 : Ingolstadt :

  • .4h00 : L’Empereur se lève et complète ses instructions de la veille. Il écrit aussi à Eugène de BEAUHARNAIS. Il reçoit son ami LANNES qui arrive d’Espagne et décide de partir sur la route de Ratisbonne. En arrivant à Ingolstadt, il va reconnaître les environs puis revient s’installer au château royal (Altes Schloss).

Pendant ce temps l’archiduc Charles, venant de l’est, s’installe à Rohr, à 12 km d’Abensberg.

. Le 19 avril 1809 : Vobourg ou Vohburg.

L’Empereur porte son Quartier général au château de Vohburg à 18 km d’Ingolstadt.

. Le 19 avril 1809 : Combat de Thann ou Tengen ou Teugen: 16 heures.

Le maréchal DAVOUT, commandant le 3ème Corps (Divisions Saint-Hilaire et Friant), rejoint le général FRIANT et se met en marche sur Abensberg. Il laisse le 65ème de ligne (colonel COUTARD) en garnison à Ratisbonne avec instruction de : « Résister quoiqu’il arrive à toutes les attaques dirigées contre la ville et faire au besoin de la forteresse un dernier refuge ! », puis fait former trois colonnes, comptant 22 000 hommes et 50 canons, qui marcheront sur la rive droite du fleuve. Le général MONTBRUN rencontre l’avant garde autrichienne à Schnaichart. DAVOUT accourt et déploie ses troupes face aux 28 000 hommes et 50 canons autrichiens. Après de forts combats, l’ennemi se replie vers 16 heures, puis tentent encore une contre attaque qui échoue de nouveau.

Les autrichiens se mettent en retraite vers 18 heures, laissant 534 tués, 2 460 blessés et 685 disparus sur le terrain. 166 autrichiens seront pris à l’issu des combats.

. Trophées : 8 drapeaux pris.

Fait d’arme : Le Voltigeur du 108ème de ligne BOURDON (Né à Lyon) fait prisonnier 1 officier et plusieurs soldats autrichiens, dont il ramène l’épée à son colonel.

Quelques pertes française dont :

  • 23h00 : LANNES se présente à l’Empereur avec lequel il discute un moment.

. Le 19 avril : Combat de Landshut :

. Le 19 avril 1809 : 1ère attaque sur Ratisbonne :

Les troupes autrichiennes du général KOLLOWRATH, soit 5 600 hommes, attaque la ville de Ratisbonne, tenue par 2 300 hommes de deux bataillons du 65ème de ligne. Ce régiment appartient à la 3ème division LAGRANGE, du corps de réserve de JUNOT. Les fantassins du colonel DE COUTARD résistent malgré la perte de 11 officiers et 200 hommes tués ou blessés.

. Trophées : 1 drapeau autrichien pris.​​

. Le 20 avril : Quartier général :

  • 5h00 : L’Empereur se lève et convoque BERTHIER pour faire le point de la situation.

  • 7h00 : Après avoir été retardé par un épais brouillard, il monte à cheval escorté d’un détachement de chevau-légers bavarois et de chasseurs Wurtembergeois.

  • 9h00 : Il traverse Neustadt et entre dans Abensberg. Il fait une courte halte, au premier étage d’une petite maison, pour consulter ses cartes, puis rejoint un bois dans lequel se trouve la division du prince royal de Bavière, puis il fait installer son PC sur une hauteur, où il harangue plusieurs unités bavaroises et wurtembergeoises présentes.

. Le 20 avril 1809 : 2ème attaque sur Ratisbonne.

Les autrichiens renouvellent leur assaut et après d’âpres combats, reprennent la ville. La garnison, ses munitions épuisées et la moitié de son effectif hors de combat, capitule. Les autrichiens comptent 73 tués, 220 blessés et 85 disparus. Ils libèrent également 75 des leurs, prisonniers des français.​​

. Le 20 avril 1809 : Combat de Neumark :

. Le 20 avril 1809 : Bataille d’Abensberg :

  • 8h00 : L’Empereur de retour à Vobourg, apprend que les 80 000 hommes du corps de l’archiduc LOUIS s’avancent pour lui livrer bataille aux environs d’Abensberg. Prenant les 50 000 hommes du 7ème Corps de LEFEBVRE et du 2ème Corps de LANNES, il ordonne l’attaque des troupes de l’archiduc LOUIS et du général HILLER et les contraint à se replier sur une ligne allant de Ratisbonne à Eckilomètresühl, non loin de Landshut. Les pertes autrichiennes sont de 6 à 7 000 hommes, 12 canons sont également pris.

. Trophées : 8 drapeaux pris.

  • 2h00 à 4h00 : L’Empereur se rend à Rohr (12 km au S-E d’Abensberg). Il s’assoupit un moment sur une chaise devant une vieille brasserie, puis se penche sur ses cartes et dicte de nouveaux ordres à DAVOUT.

  • 5h00 : Il remonte à cheval accompagné de sa suite et se dirige vers Landshut.

Les pertes françaises sont évaluées à 1 117 hommes tués, blessés ou disparus (dont la moitié de Bavarois et Wurtembergeois) dont :

. Le 21 avril 1809 : Combat de Paring ou Baring.

Une fosse commune sera creusée à l’issue des combats.

. Le 21 avril 1809 : Combat de Landshut :

Dans la nuit du 20 au 21, les troupes autrichiennes affluent sur Landshut, poursuivies par les français. L’Empereur, croyant l’archiduc LOUIS dans cette ville, la fait, sans tarder, attaquer par le 2ème Corps de LANNES ( 6 000 hommes et 18 canons). La confusion est grande dans les rangs autrichiens dont les cavaliers et fantassins se pressent vers les ponts. L’Empereur fait charger la cavalerie ennemie qui protège le passage des ponts. Sous la pression, elle est contrainte de se replier à leur tour. L’infanterie se reforme sur l’autre rive et s’oppose à l’avance française. Des grenadiers du 18ème régiment (d’Aspre) sont chargés de défendre les hauteurs de la ville.

  • 12h30 : Le pont de bois sur l’Isar, face à l’église, en partie incendié pour ralentir l’avance française, est enlevé par des grenadiers du 3ème bataillon du 17ème de ligne, sous le commandement du général MOUTON (Aide de camp de l’Empereur) et le 13ème léger, qui repoussent les fantassins autrichiens des 39ème et 60ème régiments d’infanterie (Duka et Giulay). Le maréchal MASSENA arrive avec plusieurs divisions, mais ne peut empêcher la retraite des autrichiens qui évacuent la ville en direction de Vienne, en abandonnant 610 caissons de munitions encore attelés, 213 voitures et chariots de bagages, 3 équipages de ponts, ses hôpitaux et magasins. Durant l’action Napoléon, installé sur une hauteur de la rive gauche, dira du général MOUTON « Ce mouton est un lion ! ». Il le fera plus tard comte de Lobau.

Les pertes autrichiennes se montent à près de 1543 tués ou blessés, 6 227 prisonniers, 14 canons et tout le charrois, indiqué plus haut.

. Trophée : 3 drapeaux.

Celles des français sont évaluées à plus de 774 hommes dont :

. Le 21 avril 1809 : 1er combat d’Eckilomètresüht ou Eckmühl :

L’Empereur, qui ne s’est pas couché depuis trois jours, n’a dormi que 5 ou 6 heures ailleurs que sur son lit. Il travaille encore cette nuit au château de Landshut où il a installé son P.C.. Il reçoit le général PIRE à minuit qui lui apporte une dépêche de DAVOUT écrite à 19h00.

Eckmühl se trouve à 36 km au nord de Landshut. Le maréchal DAVOUT, sur l’aile gauche, est soutenu par deux divisions de LEFEBVRE qui se dirigent vers Landgquaid. Les avant-postes autrichiens sont bousculés. Le général ROSENBERG se replie sur les villages d’Ober Leuchling et d’Unter Leuchling qu’il fait occuper. Le général HOHENZOLLERN est en position sur la route de Ratisbonne.

  • 23h00 environ : LEFEBVRE s’empare de Schierling et les deux camps bivouaquent sur place.

. Le 22 avril 1809 : Château de Landshut, P.C. de l’Empereur :

  • 2h00 à 5h00 : L’Empereur dicte ses ordres pour aller à la rencontre de l’ennemi à Eckmühl.

  • 4h15 : Il envoie son aide de camp LEBRUN à DAVOUT avec des instructions, lui précisant qu’il sera aux environs d’Ergoldbach vers midi. Il dicte des ordres à l’intendance pour l’approvisionnement en vivres et en munitions des troupes, puis s’accorde une heure de repos à Rohr, assis sur une chaise, comme à son habitude. Il se réveille, ouvre la fenêtre pour écouter si les canons de DAVOUT tonnent. N’entendant aucun bruit, il consulte ses cartes, expédie quelques dépêches et monte à cheval escorté par des chasseurs à cheval de JACQUINOT (1er ou 2ème régiment).

. Les 22 avril 1809 : Bataille d’ECKMÜHL : 2ème combat d’Eckilomètresühl.

DAVOUT a couché à Pärine. Il s’assure que les munitions sont bien arrivées et prend connaissance des instructions envoyées par l’Empereur.

  • 13h50 : Comme convenu, il ordonne à son artillerie de tirer dix coups de canons, ouvrant ainsi le « bal ». Les forces françaises, sous les ordres de l’Empereur, sont d’environ 53 000 hommes et 96 canons, répartis en 5 corps. L’archiduc CHARLES, qui compte 54 000 hommes et 120 canons, s’est concentré à Eckilomètresüht et lutte tout d’abord contre les troupes de DAVOUT. L’Empereur observe les combats du clocher de Lindach, comprend le plan ennemi, et met en mouvement toutes ses forces. L’archiduc et le général BELLEGARDE sont pris entre deux feux. Après différents combats simultanés en plusieurs lieux, les autrichiens sont repoussés. Eckilomètresühl est prise, la cavalerie française forte de 40 escadrons de cuirassiers et carabiniers, soutenue par 18 escadrons bavarois et 16 autres wurtembergeois, traverse la ville comme un torrent et poursuit celle de l’archiduc CHARLES qui est enfin culbutée. Il parvient à regrouper les restes de sa cavalerie et la joint à celle de la réserve (soit 15 000 hommes) sur la chaussée de Ratisbonne. Afin de protéger sa retraite, il la lance contre les français.

  • 19h00 : Environ, la mêlée est sanglante et les escadrons autrichiens sont contraints à la retraite sur Köfering. Les cavaliers de NANSOUTY et SAINT SULPICE (Cuirassiers et carabiniers) les poursuivent sans relâche, mais la nuit tombant, les français suspendent la poursuite. Les autrichiens sont ramenés sur Ratisbonne. L’Empereur a observé une partie des combats du clocher de Lindach. Lorsque DUROC revient auprès de l’Empereur, ce dernier lui dit : « Nous leur avons passé sur le corps ! ». Un peu plus tard, il donnera le titre de Prince d’Eckilomètrsühl (ou Eckmühl) au maréchal DAVOUT pour l’honorer de cette victoire.

. Trophées : 15 drapeaux autrichiens pris.

L’ensemble des pertes françaises est évaluée à 2 421 tués, blessés et disparus, dont :

​​​​

Les autrichiens comptent 4 149 tués, blessés et disparus, plus 1 300 hommes du corps des grenadiers de la réserve. 1 193 hommes sont prisonniers et 39 canons sont pris.

L’Empereur se rend au château d’Alteglofsheim (Egglofsheim) à 12 km d’Eckmühl, pour y souper avec son état major, puis regagne une chambre au premier étage (quittée le matin même par l’archiduc charles). Il interroge BERTHIER et dicte des ordres à son secrétaire LEMARROIS pour MASSENA, BESSIERES, DAVOUT, LEFEBVRE, et à LANNES pour la prise de Ratisbonne.

. Le 23 avril 1809 : Reprise de Ratisbonne :

Au petit matin, l’Empereur reçoit BERTHIER qui l’informe de la situation et des renseignements pris auprès de déserteurs autrichiens. Plus tard, au levé du jour, il observe de loin une colonne d’infanterie et de bagages qui cherche à passer rapidement le fleuve sur un pont de bateaux. Il fait signe à GUDIN et MORAN de les bousculer un peu. L’artillerie tonne et le pont est détruit. L’archiduc CHARLES se décide à passer le Danube à Ratisbonne afin de se réfugier en Bohème, et ordonne à sa cavalerie d’attaquer celle des français pour protéger la retraite. Le général KOLLOWRATH, à l’arrière garde, est chargé de tenir Burgweinling ainsi que la place de Ratisbonne avec 26 000 hommes, dont la réserve de grenadiers, la cavalerie et 54 canons. Les autres corps traversent sur le pont de pierre alors que celui de LIECHTENSTEIN franchit le fleuve sur un pont de bateaux. L’Empereur se présente en compagnie des divisions FRIANT, GUDIN, MORAND, SAINT-HILAIRE, soit 37 000 hommes et 36 canons. Les autrichiens font sauter les ponts de chaque porte, au dessus de profond fossés.

  • 12h00 environ : Les troupes françaises se massent entre les portes de Straubing et de l’Abbach. L’artillerie de LANNES détruit le pont de bateaux, puis se joint à celle de DAVOUT, qui a fait venir 8 pièces du parc par BERTRAND, afin d’abattre une partie des murailles.

  • 17h00 : Les grenadiers du 25ème régiment (Capitaine BEAULIEU) escaladent, à l’aide de 4 échelles, les brèches faites par l’artillerie, sous la conduite de LANNES, et investissent en masse la ville. Le lieutenant de Grenadiers Joseph ARNAUD (CLH) monte le premier et reçoit 2 coups de feu.

  • 18h30 : Les portes, dont celle de Straubing, sont ouvertes par les hommes du colonel De COUTARD (65ème de ligne) qui viennent d’être délivrés, et de nombreux combats s’effectuent dans les rues dont près de 150 maisons et plusieurs églises sont la proie des flammes. Les français se précipitent vers le grand pont sur le Danube, mais il est détruit ainsi que les ponts de bateaux à proximité. Durant l’action, l’Empereur, s’approchant, sur une hauteur, de la deuxième batterie, est légèrement blessé, au dessous de la cheville du pied droit, par une balle perdue. Il descend de cheval et s’assoit sur une grosse pierre. Aussitôt pansé par son chirurgien YVAN, et lui dit : « Ce ne peut-être qu’un Tyrolien,. Ces gens sont très adroits ! », puis il remonte à cheval pour rassurer la troupe. Dans la soirée vêtu d’un grand manteau noir, il va incognito, observer la réparation du grand pont. Puis, s’en retourne prendre ses quartiers à l’abbaye de Prüll.

Les autrichiens ont perdu près de 2 000 hommes tués, noyés ou blessés et laissent plusieurs milliers de prisonniers, 16 canons et 41 voitures.

. Trophées : 7 drapeaux autrichiens pris.

Les pertes françaises sont évaluées à 678 tués, blessés et disparus, dont :

​​​​

. Le 23 avril 1809 : Neumarkt - St Viet :

Le général autrichien HILLER, se sentant mollement poursuivi par les français, et ignorant l’issue des combats sur Ratisbonne, décide de reprendre l’offensive. Le gros de sa troupe se trouve entre Neu-Oetting et Mühldorf et se dirige en soirée sur Erharting, la brigade MESKO en avant garde. En cours de route cette brigade se heurte à la cavalerie de MARULAZ, qui la rejette sur la division bavaroise de WEDRE, qui compte 10 000 hommes et 18 canons.​​​

​​

. Le 24 avril 1809 : Neumarkt - St Viet:

Au matin, 3 colonnes autrichiennes (40 bataillons et 20 escadrons) débouchent de l’Inn et attaquent De WEDRE qui se trouve en position sur la rive droite de la rivière la Rott, prés de Neumarkt. Un régiment de Chasseurs à cheval français se bat en pleine rue contre le 39ème Régiment Autrichien (Duka), Menacé d’être tourné sur ses deux ailes, le général bavarois se replie en combattant jusqu’à Vilsbiburg, soutenu par un régiment du général MOLITOR. Les pertes autrichiennes sont de 800 tués, blessés ou disparus,

. Trophée : 1 drapeau autrichien pris.

Les pertes française et alliées sont de 42 officiers et 1 650 hommes tués, blessés et 910 disparus ou prisonniers dont :

​​​

​​

Fait d’arme :​​

. Le 24 avril 1809 :

L’Empereur, dont le P.C. de trouve toujours dans l’abbaye de Prüll, donne plusieurs ordres, dont un, au maréchal LANNES, de se porter sur Landshut avec le corps d’OUDINOT. Puis il établit son QG dans la demeure du prince primat Charles de Dalberg, ancien archevêque de Mayence.

. Le 26 avril 1809 : Petite affaire de Mühldorf :​​

. Le 27 avril 1809 : Prise de Passau :

Le lieutenant CLERE, à la tête de 50 carabiniers du 17ème léger, franchit le pont de Passau, dont une partie est démolie. 400 Autrichiens embusqués dans les maisons font un feu très vif contre les français. Les carabiniers enfoncent la porte de la ville, débusquent les troupes ennemies, les mettent en fuite et font 132 prisonniers.​​​​​

  • 18H00 : Mühldorf :

L’Empereur arrive à Mühldorf où il établit son QG.

. Le ? avril 1809 : Augburg :

Le 44ème arrive dans cette ville. Un officier de marine est envoyé reconnaître le court du fleuve pour recenser toutes les embarcations des localités riveraines. Son objectif est de trouver suffisamment de bateaux pour faciliter le transport des approvisionnements et munitions par voie fluviale et en réunir d’autres pour former des ponts.

. Le 28 avril 1809 : Burghausen :

L’Empereur arrive dans cette ville et établit son QG dans le tribunal cantonal. Il y séjourne jusqu’au lendemain 29.

. Le 29 avril 1809 : Burghausen :

L’Empereur quitte cette ville et se dirige vers Braunau Am Inn.

. Le 30 avril 1809 :

La division de cavalerie légère du général MARULAZ passent Linn à Braunau et marchent sur Ried et Riedau. L’Empereur établit son QG à 2 km de Braunau, dans le château de Ranshofen​​

Sources :

. Œuvres de Napoléon Bonaparte. Paris. CLF PANCKOUCKE EDITEUR, rue des Poitevins, n° 14 1821. Tome ?

. MARBOT Tome II.

. Alain PIGEARD : Les Pontonniers de la Grande Armée. Tradition Magazine N°

. Bulletins de la Grande Armée.

. Les carnets de la Sabretache 1895.

Catégories
Posts à l'affiche