Compagnies d’Ouvriers de la Marine et des Arsenaux 1806 – 1807

Décret du 3 mars 1806

Généralités :

Les circonstances qui déterminent l’emploi des conscrits n’existent plus car les travaux de la flottille sont suspendus.

. En avril 1806 :

Un premier bilan montre que les levées menées avec précipitation ont produit 6 707 hommes, mais on dénombre 1 439 déserteurs et déjà 444 décès (mis à part les morts naturelles), 150 conscrits ont embarqué à Toulon sur l’Escadre du Vice amiral VILLEUNEUVE et ont participé à la bataille de Trafalgar (ATRM 3 A1 13 fol 104). D’autre part, il fallut réformer 417 individus impropres à toute espèce de service, puis 492 autres conscrits, forts et valides, mais inaptes aux arts mécaniques, qu’il faut incorporer dans l’artillerie de marine, et enfin 512 autres hommes sont embarqués sur divers vaisseaux. Il ne reste que 3 303 ouvriers dans les arsenaux.

Sous l’influence des ingénieurs, les Ouvriers s’exercent désormais aux manœuvres de l’infanterie, tout au moins, font l’apprentissage sommaire de l’école du soldat. L’organisation des « Compagnies d’Ouvriers Militaires de la Marine et des Arsenaux » reste identique à celle prescrite par l’arrêté des consuls du 23 ventôse an XI (14 mars 1803), seule l’appellation de l’unité change. Cependant, la situation des Ouvriers ne les soumet pas complètement au régime purement militaire, car le ministre de la Marine DECRES n’y tient pas encore. En 1804, il avait même ordonné de renvoyer les musiciens, qu’un préfet voulait attacher aux compagnies d’Ouvriers Conscrits d’un port, comme cela se pratique couramment dans l’armée de terre. (AN BB2 96 fol 55)

Chaque port administre les compagnies à sa manière. Le système des masses, c’est à dire, l’allocation forfaitaire versée à un corps de troupe pour régler les frais d’entretien, de garnison ou de campagne, est partiellement inusité. Toutefois, à Brest, un commis de marine, placé sous l’autorité du commissaire aux revues, veille à la répartition des soldes et de la nourriture, à l’équipement et à toute l’administration. Ce modèle sera identique pour les Ouvriers dépendants de l’artillerie de marine.

A Anvers en 1806, après quelques accrochages entre bourgeois et Ouvriers, le Commissaire Général de la Marine MALOUET, invoque les défaillances de la discipline, et propose l’établissement d’un régime entièrement militaire pour les Ouvriers. Sur les chantiers, les maîtres et contremaîtres surveillent les Ouvriers en permanence, mais dans les casernes ou en permission, le manque d’officiers se manifeste rapidement. Les jeunes ingénieurs des constructions navales, bien qu’ayant un uniforme, ne portent pas l’épaulette qui leur donnerait une certaine autorité. Ils souhaiteraient avoir sous leurs ordres les Ouvriers organisés si possible militairement voire même en régiment. Mais, comme indiqué plus haut, le ministre DECRES n’y tient pas encore.

L’idée d’organiser les Ouvriers en un corps purement militaire d’Ouvriers Militaires fait son chemin. Les ingénieurs pensent que les Ouvriers, malgré leur situation bâtarde, ont acquis une âme de soldats (AN BB2.an BB3 210). De l’aveu du ministre, cette troupe ne doit servir militairement qu’en cas de siège. Mais dans le port d’Anvers qui réunit l’effectif d’Ouvriers le plus important, les ingénieurs LAIR et GRANDVILLE les ont mené eux mêmes aux manœuvres et entendent bien conserver leur formation en présence de l’ennemi, si l’occasion se présente. Ils refusent même de disperser leurs hommes dans les unités d’infanterie, quitte à leur adjoindre des officiers et sous officiers de ligne pour améliorer l’instruction.

.Uniforme 1806 :

Une note datant de mai 1806, définit l’habillement des Ouvriers militaires du port d’Anvers, (pris sur celui d’un homme de 5 pieds et 4 pouces) (SHM Rochefort Série N C3)

Habit de drap bleu foncé et court sans revers, fermé dans le milieu de la poitrine par 8 gros boutons. Il a un collet et une patte de velours de coton noir. Le collet, l’habit, le parement et la patte ont un passepoil rouge. Collet fermé par 3 fortes agrafes, haut de 80 mm devant et 86 mm derrière.

Le devant de l’habit est coupé en rond de manière à se raccorder avec les basques. Les poches sont marquées par une patte à 3 pointes dans sa partie verticale et d’une pointe supérieure marquée d’un passepoil rouge. Les basques comme le devant de l’habit sont doublés de serge bleu foncé, elles sont retroussées et fixées par une agrafe. Elles ont dans chaque coin extérieur et découpée dans du drap écarlate, une ancre de 55 mm de longueur, y compris l’organeau et sur chaque coin intérieur un sabre et une hache en sautoir de même longueur que l’ancre.

Le pli de chaque basque est marqué par une patte d’oie retenue seulement par les extrémités. (Patte dite à la soubise). L’extrémité à trois pointes est tenue par le bouton de la taille. Le parement, de même drap que l’habit, a 80 mm de hauteur avec une patte de velours de coton noir, passepoilée de rouge, portant 3 boutonnières. Elle est de 12 cm de longueur et 33 mm de largeur.

  • Les épaulettes et les « dragonnes » (C’est à dire les passants) sont rouge foncé semblables à celles des ouvriers du Génie militaire et de l’Artillerie de terre et de mer.​

  • Gilet sans manche et sans passepoils, de même drap que l’habit (bleu), fermé par 8 petits boutons. Collet de 50 mm de haut derrière et 36 mm devant.​

  • Le bouton en cuivre jaune de même forme que ceux des officiers du Génie militaire, timbré d’une ancre entouré de la légende « Génie Maritime ». Le gros bouton fait 29 mm de diamètre et le petit 17 mm.​

  • Le pantalon de même drap que l’habit, doit monter jusqu’au niveau du 3ème bouton du gilet. Cordon de réglage à la taille.​

  • Guêtres de tricot noir et doublure grise jusqu’à la 6ème boutonnière qui en compte 12, taillées en pointe vers le bas, pour le devant, passepoil rouge avec un petit pompon de même, et en pointe vers le haut pour le derrière.​

  • Le shako sera celui de l’infanterie légère (218 mm de haut). Visière de cuir attachée par trois fortes agrafes, et garni, en haut et en bas, de galon en poil de chèvre rouge de 26 mm de large. Cordon natté rouge attaché à la ganse supérieure, pas de gland flottant.​

  • Plaque de cuivre en forme d’écusson dite à l’anglaise entouré d’un câble et portant en relief un trophée composé d’une ancre avec un sabre et une hache en sautoir. 108 mm de haut et 75 mm de large. Cocarde nationale de 75mm de diamètre, tenue par une ganse de laine jaune, fixée par un petit bouton.​

  • Plumet en plume de coq de 48 cm de haut, dont 40 cm de plumes noires dans sa partie supérieure. La partie inférieure de 8 cm étant de la couleur de la compagnie.​

  • Le pompon de diamètre 22 cm, de la couleur de la compagnie.​

  • Les sergents fourriers et caporaux porteront le même habit distingués de galons en or pour les sous officiers et en laine jaune pour les caporaux.​

  • Les Maîtres, chefs de compagnie porteront le même habit mais de drap plus fin et avec les basques longues. Contre épaulette en drap bleu entourée d’un petit galon d’or. Les cheveux seront coupés.

Équipement :

  • 3 chemises,

  • 3 cols blancs,

  • 2 paires de ½ bas de fil ou de coton,

  • 1 paire de bas en laine,

  • 2 paires de souliers (sans boucle, mais à lacets),

  • 1 paire de ½ guêtres en toile grise,

  • 1 paire de ½ guêtres noires,

  • 1 havresac en peau,

  • 2 cocardes dont une sur le shako.

  • L’habit de travail sera un vieil uniforme ou à défaut un paletot de drap bleu croisant sur la poitrine.

  • Pantalon de drap de même étoffe.​

  • Sarrau et pantalon de toile de même forme que ceux des calfats et pourront être portés par-dessus l’habit.

  • Collier (Hausse col) pour les officiers.​

  • Les contre épaulettes sont garnies d’une ancre et d’un sabre en sautoir avec une hache en drap rouge (sic).​

  • Baudrier, banderole et bretelle de fusil en buffle blanc.

Durant l’année, une nouvelle étape est franchie, il y a fusion de la totalité des compagnies d’Ouvriers Militaires de la Marine en une seule unité qui prend une nouvelle appellation : « Le Régiment des Ouvriers de la Marine ».

Catégories
Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous sur :
  • Facebook du Garde Chauvin
  • instagram du Garde Chauvin
  • Pinterest du Garde Chauvin
RSS Feed
  • Compte Principal du Garde Chauvin
  • Le Garde Chauvin sur pinterest
  • Instagram Garde_Chauvin
  • Facebook Le Garde Chauvin
  • Instagram Le Garde Chauvin
  • Pintarest Le Garde Chauvin

Le Garde Chauvin © 1985-2019

Rochefort, France

ancgardechauvin@gmail.com